You are currently viewing Le tout numérique en France, facteur d’inégalité et de pression sociale sponsorisée par l’État – Partie 1

La France a pris le parti de miser sur la numérisation de ses administrations dans un but de rapidité et d’amélioration d’accès dans les zones rurales. Cette transition, déjà imaginée et entamée au début de ce millénaire, a été accélérée dès 2018. Programmée pour s’achever en 2022, certaines conséquences sont aujourd’hui visibles, en 2023, bénéfiques, comme plus dérangeantes pour les autres.

La numérisation des services, pratique pour « tout le monde » ?

L’outil qu’est internet peut être intéressant, sous de nombreux aspects, pour ceux qui le maîtrisent et qui restent une part importante de la population de nos jours. En effet, plus de la moitié des Français s’estiment suffisamment compétents (ou confiants) pour ne pas rencontrer de difficultés en ligne. Il faut encore souligner que la quasi-totalité de la population (~92%) se sert du service qu’est internet.

C’est effectivement un moyen de gagner du temps en évitant aux utilisateurs de se déplacer. Cela supprime aussi la nécessité de devoir trouver un rendez-vous avec une personne compétente pour s’occuper de sa demande. L’informatique et l’usage d’internet permettant également une centralisation des services : un seul appareil permet de tout faire. Mais encore, cela permet d’augmenter, dans une certaine mesure, la rapidité, pas forcément du traitement même des demandes, mais de la démarche en elle-même.

L’exclusion de ceux qui ne « savent pas » (utiliser l’informatique)

Une fois les louanges chantées, se pose la question de ceux qui maîtrisent mal, ou pas du tout l’outil et pour ceux qui manquent de confiance dans leur pratique.Près d’un français sur dix n’utilise toujours pas internet aujourd’hui. Pour reprendre ce qui est expliqué plus haut, si près de la moitié des Français sont confiants, cela veut aussi dire que l’autre moitié ne l’est pas

Effectivement, beaucoup de monde « utilise » internet aujourd’hui en France, mais moins de monde comprend et a conscience de ce qu’il y fait réellement.

L’apprentissage de la maîtrise du numérique est une bonne chose, cependant tout le monde n’est pas égal à ce niveau. Il pourra être cité l’ « illectronisme », désignant le non-usage chronique d’appareils numériques, qui vient limiter l’appétence de volonté de se former. Cela concerne également le simple manque de connaissances sur son utilité, qui peut poser des difficultés comme pour tout sujet susceptible d’apprentissage. Ces différences de compétences, élevées comme socle d’insertion sociale par l’Etat, amènent à créer une réelle division de la société.

Cette division va alors s’opérer entre ceux qui savent utiliser internet et ceux qui n’ont pas (eu) accès à ce savoir:

Les “sachants” ont donc virtuellement accès à l’ensemble des opportunités. Cela inclut les démarches qui sont uniquement dématérialisées, telles que les aides sociales et certaines offres d’emplois. L’accès à de nombreuses informations se fait aussi en ligne et toutes les introductions dans différents cercles sociaux qui n’existent que sur internet. 

A qui s’opposent ceux qui sont exclus de tout cela, car ils ne comprennent pas l’informatique, n’y sont pas à l’aise, voire y ont difficilement accès. Cette situation cause des pertes d’opportunités professionnelles ou relationnelles pour eux. Un potentiel manque ou non-accès à certaines informations risque de les exiler encore plus.

Cette situation n’est bien sûr pas enviable et, heureusement, elle n’est pas laissée telle quelle par le gouvernement. Les solutions qui ont été apportées nécessitent un développement important. Elles seront développées dans la seconde partie de cet article, qui sera posté ultérieurement. Ainsi, un certain nombre de tentatives palliatives ont bien été déployées. Cependant, plusieurs incertitudes subsistent pour les utilisateurs les moins compétents, placés entre apprentissage forcé et dépendance à autrui.

Thomas BUSSER – Master 2 Cyberjustice

Promotion 2023-2024

Sources :

https://juridique.defenseurdesdroits.fr/index.php?lvl=notice_display&id=25921

https://labo.societenumerique.gouv.fr/fr/articles/barom%C3%A8tre-du-num%C3%A9rique-2022-les-principaux-r%C3%A9sultats/

https://www.vie-publique.fr/eclairage/18930-dematerialisation-quelle-politique-pour-les-exclus-du-numerique

#FractureNumérique #Numérisation #égalité #Informatique

A propos de Thomas BUSSER

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.