You are currently viewing Pourquoi les Google Glass ont été un échec commercial ? (2/2)

Si le design et le prix de ces lunettes connectées étaient un obstacle à son succès auprès du grand public, cette technologie représentait également une menace pour certains droits fondamentaux.

• Une menace permanente pour la vie privée

Avec un appareil photo intégré directement dans la monture, il est possible de tout filmer et enregistrer dans n’importe quelle situation. Porter des Google glass permettait donc de filmer ou photographier n’importe qui à son insu. Cela était susceptible d’entrainer une sensation de malaise insupportable pour les non-usagers de cette technologie, allant même jusqu’à provoquer des comportements violents. En effet, selon les témoignages de ses utilisateurs, certains d’entre eux auraient été agressés parce qu’ils portaient des Google Glass en public.

Selon le site Marshable, une vingtaine d’agressions à San Francisco contre les porteurs des Google Glass ont été recensés entre 2013 et 2014, parmi ces victimes un jeune journaliste s’est fait violemment molesté alors qu’il était en train de tester ses nouvelles lunettes dans la rue. Une entreprise française était allée encore plus loin en développant une application capable de scanner en temps réel le visage d’une personne en face de son usager, et d’afficher des informations personnelles (nom, prénom, âge, lieu de naissance..) relatives à cette dernière grâce à la reconnaissance faciale intégrée dans le logiciel. Face à cette intrusion massive de la vie privée, les législateurs avaient dû réagir à cette menace, raison pour laquelle, plusieurs lieux publics tels que les hôtels, les cinémas, les piscines les ont complètement interdits.

• Un problème pour les droits d’auteur

Avec un tel appareil capable de tout filmer sans même que les non-usagers s’en rendent compte, les droits d’auteur qui protègent les œuvres de l’esprit en sont également menacés. Le droit de reproduction en est particulièrement ébranlé. Le droit de reproduction pour rappel est selon le code de la propriété intellectuelle (art L122-3) « la fixation matérielle de l’œuvre par tout procédé qui permettent de la communiquer au public d’une manière indirecte »

Ainsi, l’auteur d’une œuvre peut, au titre de son droit de reproduction, demander une rémunération en contrepartie de l’utilisation de son œuvre ou bien également interdire la copie de son œuvre par quiconque, et quand on parle de « copie », on parle évidemment de tout type de support en général : photo, vidéo, support papier… Par conséquent porter des Google Glass, c’est admettre qu’une projection numérique transforme notre vision en une permanente reproduction de notre environnement. Il serait par exemple très facile de filmer au cinéma l’intégralité d’un film sans même attirer l’attention.

Il semblait donc vital de les interdire dans certains lieux au risque de voir les fondements du droit de la propriété intellectuelle s’écrouler face à cette avancée technologique. Invention avant-gardiste ou vecteur liberticide de nos droits fondamentaux. C’est à vous d’en juger.

Aiyakan Huynh – M2 Cyberjustice
Bibliographie :
https://scinfolex.com/2013/04/12/les-google-glasses-peuvent-elles-changer-le-statut-jurudique-de-la-vision/
https://mbamci.com/pire-echec-de-google-googleglass/
https://www.challenges.fr/high-tech/pourquoi-les-google-glass-sont-un-echec-selon-google_106180

A propos de COMED 2021/22