Bluetooth la fin est proche ?

A l’heure du contact tracing, de la généralisation des objets connectés, ou simplement de l’utilisation d’un matériel audio sans fil, le Bluetooth se révèle utile. Pourtant doit-on considérer cette technologie déjà ancienne comme obsolète ou porteuse d’innovations ?

Qu’est-ce que le Bluetooth ?

Selon Larousse, le Bluetooth est une technologie de connexion sans fil à courte portée permettant de relier des appareils numériques. 

Si cette définition présente le mérite de résumer l’utilité de cette technologie, elle reste, toutefois, trop lapidaire pour en soulever tous les enjeux. 

Les premières recherches sur le Bluetooth datent de 1994. Il est commercialisé dès le début des années 2000 par le suédois Ericsson, alors à la pointe de l’innovation, notamment en matière de téléphonie. Le nom donné à cette technologie serait inspiré de Harald Ier, roi des danois, aussi appelé Harald à la dent bleue, connu pour l’unification des peuples danois. Le Bluetooth ayant également pour vertu la connexion de divers appareils numériques entre eux, il aurait ainsi pris le nom anglais traduit du danois « Blåtand » signifiant dent bleue. 

Ce protocole de communication entre appareils numériques repose sur la bande de fréquences 2,4 giga hertz. S’il s’agit de l’une des deux fréquences utilisées également par le Wifi, le Bluetooth a, toutefois, d’autres objectifs. Moins puissant, il est également moins gourmand en énergie. Les émetteurs et récepteurs embarquant la technologie Bluetooth sont par ailleurs moins chers à implémenter dans les produits technologiques et ceux dès 1998.

Adaptation de la technologie à un monde numérique changeant 

Au fil du temps, le Bluetooth 1.0 a muté pour répondre aux exigences des constructeurs et aux besoins des consommateurs. 3 classes de Bluetooth peuvent être distinguées selon leur portée de 1mètre jusqu’à plusieurs centaines de mètres et leur consommation d’énergie qui pour les courtes portées sont moindres. En plus de vingt ans d’existence, le Bluetooth 1.0 est devenu Bluetooth 5.1 en 2019. D’abord utilisé dans le transfert de petit paquet d’information, comme l’échange d’images à faible définition entre téléphones ou bien l’utilisation d’oreillette, le Bluetooth permet aujourd’hui des débits importants pour une consommation énergétique toujours réduite.

Génération après génération, les fabricants ont, selon les usages, intégré aux standards classiques des options EDR (Enhanced Data Rate), HS (Hight Speed) ou encore LE (Low Energie). L’actuel Bluetooth 5.1 fait, pour sa part, la synthèse de ces innovations présentant des problèmes de comptabilité et de rétrocompatibilité. Le besoin éprouvé par les nouveaux consommateurs et les fabricants reposent sur le triptyque rapidité, sécurité et sobriété. Le Bluetooth, capable d’échanger rapidement un nombre important d’informations tout en garantissant un haut niveau de sécurité, voit ainsi le nombre de ses applications croître de manière exponentielle. Les audiophiles peuvent enfin profiter d’une musique sans perte et sans fil. Les technophiles, quant à eux, peuvent connecter leur quotidien sans voir leurs batteries se vider. Enfin, les smart cities peuvent compter sur cette technologie solide se plaçant, selon les besoins, au rang des réseaux LoRa et SigFox. 

Dès la génération 5 du Bluetooth, cette technologie permet d’émettre et de recevoir des informations jusqu’à 240 mètres de distance dans des conditions de bruit réduit. Depuis son apparition, la question du bruit électromagnétique (soit la somme de toutes les fréquences reçues en un point précis) présent sur cette fréquence, très utilisée par ailleurs, est souvent déplorée tant par les utilisateurs que par les constructeurs. Pourtant, la technologie s’est adaptée et a su s’imposer dans le champ des fréquences émises par le Wifi, les télécommandes ou encore les objets connectés, grâce à l’utilisation d’un découpage des paquets d’informations transmis. 

Cette génération précède l’apparition du Bluetooth 5.1 prenant en charge une nouvelle fonctionnalité : la radiogoniométrie (Radio Direction Finding). Elle permet à l’appareil de s’orienter dans un espace avec une précision réduite à quelques centimètres. Les applications en matière d’orientation d’intérieur sont à l’étude chez Google (comme dans un musée ou un centre commercial). L’actualité liée à la lutte contre le Covid – 19 laisse également envisager l’utilisation de cette nouvelle fonctionnalité afin de réaliser un contact tracing d’une grande précision. 

En outre, si certains affirment que le Bluetooth présente d’importantes faiblesses – comme les problèmes de rétrocompatibilité, les adaptations de la technologie par les fabricants rendant l’interopérabilité impossible ou encore les questions de santé liées à l’émission d’ondes – la renaissance du Bluetooth tenant à l’apparition de la génération 5.1 reste prometteuse et permettra, peut-être, d’accompagner un mouvement d’unification des standards vers la rapidité et la fiabilité du protocole. 

Antoine Perrot

M2 Cyberjutice – Promotion 2019-2020

Sources :

Mobilophiles – Histoire et évolution des téléphones

AndroidPIT – Le Bluetooth 5.1 va vous simplifier la vie 

Cbronline – Bluetooth 5.1 Can Achieve 1cm Accuracy thanks to 1888 Tech

Frandroid.fr – StopCovid : le Bluetooth solution la moins intrusive pour retracer nos déplacements

TLD.com – les interférences entre l’USB 3.0 et le Bluetooth/Wi-Fi

Frandroid.fr – Tout sur le Bluetooth : objets connectés et geomarketing

Graphéine – L’histoire d’Harald aux dents bleues ! 

Laisser un commentaire