La Blockchain et les droits de l’homme

L’impact d’un changement technologique rapide soulève de sérieuses questions sur les impacts négatifs potentiels sur les droits de l’homme. Cependant, les nouvelles technologies telles que l’intelligence artificielle et la Blockchain peuvent également avoir une influence positive à la promotion et à la protection des droits de l’homme. Dans cet article, nous discuterons des avantages de la technologie Blockchain pour la protection des droits de l’homme.

La liberté d’expression et d’opinion

La Blockchain peut servir de support à la protection de la liberté d’expression dans les régimes autoritaires. Par exemple, dans les pays où les gouvernements bloquent les plateformes des réseaux sociaux afin que les individus ne puissent pas s’exprimer, la Blockchain, une plate-forme résistante à la censure, peut être utilisée comme une protection de la liberté d’expression grâce à ses caractéristiques d’immuabilité, de transparence, d’anonymat et de décentralisation qui ne peut être contrôlée par les gouvernements. Les journalistes et défenseurs des droits de l’homme vivant et travaillant dans des pays où les violations des droits de l’homme sont répandues peuvent également transférer des cas de violations des droits de l’homme via leurs identités cryptées sans mettre leurs vies (droit à la vie) ou leur liberté (droit à la liberté) en danger grâce au système anonyme de la Blockchain.

La liberté d’expression comprend également le droit de recevoir des informations et des idées sans ingérence de l’autorité publique. Dans les régimes autoritaires, les médias sont généralement contrôlés par les gouvernements et la Blockchain pourrait être utilisée comme un espace libre afin de partager ou de publier des informations sur les violations des droits de l’homme sans être censurée par les autorités de l’État.

Blockchain comme bouclier contre la crise des droits de l’homme

Imaginons un pays X frappé par la guerre, la pauvreté et la famine. Il est très possible que des milliers d’habitants soient contraints de quitter le pays X et de devenir des réfugiés dont les droits et libertés fondamentales ont été bafoués. 

Tout d’abord, les crises économiques causées par les guerres, les catastrophes naturelles, ou par la corruption ne permettent pas aux individus de jouir de leur droit à un niveau de vie suffisant. Sans surprise, des gens comme les Vénézuéliens dont la monnaie nationale est dévaluée de 96 % se tournent vers les cryptomonnaies (des monnaies cryptographiques basées sur la Blockchain) comme solution. 

De plus, en temps de guerre, la perte ou la destruction des cartes d’identité des réfugiés peut compliquer l’obtention de l’identité (être reconnu : qui sont-ils et d’où viennent-ils) dans un pays d’accueil et le droit à la reconnaissance en tant que personne devant la loi (Article 6 de la Déclaration universelle des droits de l’homme) peut être violé. Pour le résoudre, le système d’identité basé sur la blockchain, qui élimine le besoin de documents physiques, a le potentiel de créer de nouvelles solutions pour les systèmes d’identification des réfugiés.

Enfin, malheureusement, les biens civils, notamment les écoles, les hôpitaux ou les maisons, sont parfois détruits lors de guerres ou de catastrophes naturelles. Et lorsque les organisations gouvernementales qui conservent le titre de propriété sont également détruites, il devient très difficile de prouver ses droits de propriété. Une situation similaire s’est produite lorsqu’un séisme de magnitude catastrophique de 7,0 a dévasté Haïti en 2010 laissant des millions de personnes sans abri. Par conséquent, les propriétaires ne pouvaient pas prouver qu’ils étaient des propriétaires légitimes de leurs terres.

La numérisation des documents physiques grâce à la technologie Blockchain peut aider à résoudre ce problème : un propriétaire peut prouver son droit de propriété via les titres de propriété basés sur la technologie Blockchain même s’il perd sa copie du titre ou est contraint d’abandonner sa propriété. Étant donné que le système Blockchain permet d’avoir des preuves numériques (titres de propriété dans ce cas) accessibles et sécurisés, cela pourrait être une solution pour la protection des droits de propriété dans de telles situations.

Le droit de vote

La Blockchain peut également faciliter et démocratiser le processus électoral. Au lieu de donner aux centres gouvernementaux la pleine autorité pour compter, enregistrer et vérifier les votes, les citoyens peuvent voter de manière anonyme et recevoir des copies de leurs votes qui ne peuvent pas être falsifiées par les gouvernements dans un système de Blockchain immuable. Cela dit, la Blockchain peut fondamentalement améliorer les conditions du droit de vote. Au fait, les procédures électorales basées sur Blockchain sont une réalité en Estonie depuis 2005.  

Pour conclure, en tant que technologie émergente, la Blockchain n’est pas une panacée pour les violations de droits de l’homme, mais elle peut promouvoir ce dernier. Le temps en révélera plus. 

Rafael ISMAYILOV

M2 Cyberjustice – Promotion 2020/2021

Sources : 

Laisser un commentaire