Coronavirus VS Darkweb : un nouveau business model

Alors que les campagnes de vaccination contre la Covid-19 se multiplient à travers le monde, les cybercriminels en profitent et accroissent leurs activités sur le Dark Web en vendant des vaccins à 1000$ la dose.

Aujourd’hui, les questions relatives au traitement du virus persistent mais plusieurs vaccins sont désormais disponibles. Les politiques de vaccination diffèrent selon les pays mais globalement ce sont les personnes à risque qui sont vaccinées en priorité. 

En décembre 2020, l’organisme américain de la Food and Drug Administration (FDA) a approuvé le vaccin Pfizer anti Covid-19. Suite à la nouvelle, tous les Etats se sont rués pour mettre fin à la pandémie. Malheureusement, les chaînes d’approvisionnement n’ont pas été en mesure de répondre à cette importante demande, entrainant de long retard dans les programmes de vaccination. 

Face à cette pénurie, certaines personnes qui souhaitent désespérément se faire vacciner, ne veulent pas attendre les canaux de santé officiels de leur pays, et sont prêtes à tout, même à se tourner vers le Dark Web

Alors qu’il était possible de trouver n’importe quel élément illégal comme les drogues ou les armes sur ce site, face à la crédulité et l’impatience de certains, les dealers y vendent désormais des prétendues doses du médicament, et ce, à des prix exorbitants

  • Un « marketplace » habituel : 

La vente sur ces sites est assez « classique » comme si elle se réalisait sur Amazon. Ainsi, des annonces pour Pfizer/ BioNTech, AstraZeneca et Moderna, principaux vaccins contre la Covid, ou des « remèdes contre le coronavirus » sont régulièrement publiées. 

Celles-ci sont formulées de manière à être attractive pour l’acheteur : « Dites au revoir à Covid-19 » ou encore « Achetez vite. Le vaccin contre le coronavirus est en vente maintenant ».

Les prix des doses varient de 150 et 1200$ avec un prix moyen de 500$. Les vendeurs sont principalement de France, d’Allemagne et des États-Unis et communiquent via des applications de messagerie chiffrée comme Telegram.

Les dealers demandent majoritairement des paiements en bitcoin, à part quelques exceptions où les paiements se font en crypto monnaie, ce qui les rend plus difficile à tracer et protège leurs anonymats. Certains cybercriminels se présentent comme les représentants d’un institut de recherche ; pour être crédibles, leurs sites affichent souvent les logos de véritables sociétés pharmaceutiques et parfois ceux de l’Organisation mondiale de la santé. 

Selon Interpol « la pandémie a donné lieu à une activité criminelle prédatrice et opportuniste sans précédent ». Son unité de cybercriminalité a déjà identifié près de  3.000 sites Internet liés à la vente des médicaments et matériel médical contrefaits et illégaux contre la Covid-19. La CTI League retient que la vente de produits a déjà généré près de 100 millions de dollars depuis les débuts de la crise sanitaire.

  • Arnaque ou vrai deal ?

S’agit-il de « vrais vaccins » ? Sont-ils efficaces ? Ou s’agit-il d’une simple escroquerie ? 

Tout d’abord, l’acheteur n’est absolument pas sûr de recevoir sa fiole, selon Gérome Billois, spécialiste en cybersécurité, « il y a 99,9% de chances de se faire arnaquer ». Mais il s’avère que des commentaires positifs ont été postés sous certaines publications, ce qui suggère que ces utilisateurs ont bien reçu leur dose. Reste à déduire si ces commentaires sont vrais.

Par ailleurs, alors que le ministère de la Santé déclare que les vaccins nécessitent deux injections par personne, dans certaines annonces, le vendeur affirme que 14 doses sont nécessaires pour s’immuniser entièrement. Il y en a même qui proposent l’achat de “sang de patients ayant récupéré du Covid-19” pour 16 000 dollars le litre, contre “la promesse d’une immunité à vie”. Ce fait prouve l’absurdité des annonces.

Toutefois, la majorité des établissements médicaux comme les hôpitaux terminent la journée avec des doses de vaccins non utilisées. Il n’est pas inconcevable que certaines personnes travaillant là-bas puissent prendre ces doses restantes et contactent les médiateurs du dark web pour les vendre. L’un d’entre eux affirmait même avoir “un stock” de 560 doses.

Cependant, il faut savoir que même si le vaccin est authentique, le temps que la dose arrive, il est probable qu’elle ne soit plus bonne. En effet, les doses de vaccins de Pfizer et de BioNTech doivent obligatoirement être conservées sous la barre des -70 degrés, ce qui est bien plus froid qu’un congélateur lambda. Quant au vaccin Moderna, il est plus simple à transporter : il n’a besoin que de -20 degrés. Une fois le vaccin décongelé, il ne peut survivre que pendant 5 jours. Conserver cette température pendant la chaîne de livraison est loin d’être simple, et les acheteurs n’ont aucun moyen de savoir si le vaccin a été conservé convenablement, ou s’il a été décongelé.

De plus, ces offres posent un problème éthique et de santé publique : en mettant en vente un vaccin strictement limité et vital, les vendeurs du dark web s’approprieraient les médicaments des personnes qui en ont le plus besoin, et les revendraient à d’autres, potentiellement plus riches.

Selon le secrétaire général d’Interpol « Ces actions constituent un risque important pour la santé voire la vie. » Pour se prémunir de ces escroqueries, les personnes doivent prendre conscience, être vigilant et sensibilisé car ces pratiques « risquent de s’amplifier dans les semaines à venir ». 

En effet, attendre patiemment de recevoir le vrai vaccin de la bonne façon semble la solution la plus judicieuse.

Sumeyye Asan

M2 Cyberjustice – Promotion 2020/2021

https://www.20minutes.fr/high-tech/2946347-20210106-coronavirus-doses-vendues-plus-1000-dollars-juteux-business-faux-vaccins-darknet

https://www.vice.com/en/article/akdkkg/darknet-drug-dealers-are-now-selling-pfizer-covid-vaccines

https://www.lebigdata.fr/covid-19-vaccin-dark-web-kaspersky

https://www.cnetfrance.fr/news/covid-19-le-business-des-vaccins-sur-le-dark-web-39914887.htm

https://www.rfi.fr/fr/technologies/20210107-des-doses-de-vaccins-covid-19-font-leur-apparition-sur-le-dark-web

Laisser un commentaire