La revendication de la protection des données personnelles : un contrecoup pour WhatsApp

Suite à la colère des utilisateurs manifestée par la nouvelle décision de WhatsApp, l’application la plus téléchargée au monde se trouve obligée de repousser de 3 mois l’entrée en vigueur de ses nouvelles conditions d’utilisation, du 8 février au 15 mai. 

« En appuyant sur J’accepte, vous acceptez les nouvelles conditions, qui entreront en vigueur le 8 février 2021 » a déclaré WhatsApp à ses 2 milliards d’utilisateurs. Cette nouvelle politique de confidentialité de WhatsApp oblige les utilisateurs à accepter que leurs données soient partagées avec la société mère Facebook, afin de continuer à utiliser le service. 

Les données concernées par cette décision : 

WhatsApp laisse la possibilité à ces utilisateurs de consulter les données qui sont collectées et traitées. Toutefois, ces informations sont uniquement visibles par WhatsApp et les personnes que l’utilisateur choisit dans les paramètres de confidentialité (« Tout le monde », « Mes contacts », ou « personne ». 

Parmi les données collectées, on retrouve le nom du compte WhatsApp, les informations d’actualité, la photo de profil ainsi que l’état de connexion qui permet de savoir si l’utilisateur est en ligne ou à quand remonte sa dernière connexion. 

En ce qui concerne les données de géolocalisation, WhatsApp confirme qu’elles sont envoyées de manière cryptée, comme tous les autres messages. Les serveurs de WhatsApp ne peuvent pas lire ces messages qui ne sont lisibles que par l’envoyeur et le destinataire. 

Par contre, WhatsApp pourra tracer les mouvements de ses utilisateurs grâce au stockage de leur dernière adresse IP utilisé pour se connecter à l’application. 

L’objectif derrière la décision prise par WhatsApp : 

Avec la pandémie de coronavirus, la messagerie a été extrêmement utilisée, tant au niveau privé qu’au niveau professionnel. Mark Zuckerberg, CEO de Facebook est sans doute aujourd’hui dans une démarche de capitalisation des données générées par les différentes applications qu’il détient. Zuckerberg a commencé son projet en 2014 par le rachat de WhatsApp et Snapchat. Un projet qui cherche à créer une base de données commune pour ces différentes plateformes afin de faciliter le traitement des données. 

Ainsi, le groupe cherche à monétiser WhatsApp qui aujourd’hui ne rapporte pas d’argent. En acceptant la nouvelle politique, les annonceurs auront le numéro de téléphone des utilisateurs. Cela leur permettra de contacter leurs clients via WhatsApp directement pour vendre leurs produits, comme c’est déjà le cas en Inde. 

Cette décision a provoqué la colère d’une grande partie des utilisateurs.  Mécontents de la politique de WhatsApp, ces derniers ont décidé de passer à d’autres plateformes de messagerie qui sembleraient plus sécurisées. Ainsi, la messagerie Signal est venue en tête des téléchargements sur Apple Store et Google Play dans plusieurs pays et notamment en France, en Allemagne et en Inde.

La riposte de WhatsApp suite à la colère des utilisateurs : 

Suite à cet afflux d’utilisateurs vers Signal, WhatsApp a été obligé de clarifier sa politique de confidentialité. Le groupe a répondu via une nouvelle page de FAQ sur son site Web : « Nous voulons qu’il soit clair que la mise à jour de la politique n’affecte en aucune façon la confidentialité de vos messages avec vos amis ou votre famille ».

Il faut souligner que le règlement général sur la protection des données RGPD protège les Français et les personnes situées en Union Européenne.

Dans ce contexte, WhatsApp a confirmé sur Twitter que : « Il a été rapporté incorrectement que les dernières Conditions d’utilisation et politique en matière de vie privée obligent les utilisateurs de la région Europe à accepter le partage de données avec Facebook à des fins publicitaires si ces derniers veulent continuer à utiliser le service ».

Encore une fois, le RGPD montre son efficacité dans les enjeux concernant la protection des données personnelles des résidents du continent européen. 

Enfin, WhatsApp avait bâti sa réputation sur la protection des données. Lors du rachat de l’entreprise par Facebook, en 2014, le service avait promis qu’il ne partagerait pas d’informations de ses utilisateurs avec la maison-mère. Une promesse qui aura tenu sept ans.  

Rawad ABOU HACHEM

Promotion Cyberjustice 2020/2021

Sources : 

https://www.forbes.com/sites/carlypage/2021/01/15/whatsapp-delays-privacy-changes-amid-confusion-about-facebook-data-sharing/?sh=1196b53d4dbc

https://www.rfi.fr/fr/technologies/20210115-whatsapp-repousse-la-modification-de-ses-conditions-d-utilisation-face-au-toll%C3%A9?ref=tw_i

https://www.rfi.fr/fr/technologies/20210110-les-nouvelles-r%C3%A8gles-de-whatsapp-favorisent-l-application-concurrente-signal

https://www.20minutes.fr/high-tech/2947963-20210110-nouvelle-reglementation-whatsapp-groupe-facebook-cherche-monetiser-messagerie-explique-merav-griguer

https://elpais.com/tecnologia/2021-01-15/whatsapp-retrasa-su-decision-de-compartir-con-facebook-los-datos-de-usuarios.html  https://www.lemonde.fr/pixels/article/2021/01/15/whatsapp-quelles-sont-les-donnees-personnelles-stockees-par-l-application_6066445_4408996.html

Laisser un commentaire