L’évolution incessante des réseaux sociaux

Le début du XXI siècle s’illustre par le développement perpétuel des nouvelles technologies d’Information et de Communication. L’apparition d’internet comme nouvel espace accessible par tous s’est vu exploité par bon nombre de développeurs informatiques qui ont permis une démocratisation de l’utilisation de ces nouvelles formes de communication : les réseaux sociaux. 

Un réseau social peut être défini comme « un service permettant de regrouper diverses personnes afin de créer un échange sur un sujet particulier ou non ». De nos jours, il existe des réseaux sociaux dans de multiples domaines : amitié, amour, professionnel et même politique. De cette manière, n’importe quel individu peut trouver un réseau adapté à ses souhaits. 

En 2020, le nombre d’actifs sur ces « réseaux communautaires » regroupe 49% de la population mondiale. A titre comparatif, en 2016 ils n’étaient que 27%. Il faut savoir que l’apparition des smartphones a démocratisé l’utilisation des réseaux sociaux, accessibles sous forme d’applications sur ces derniers. Sans surprise, le réseau social comportant le plus d’inscriptions est bien sûr Facebook avec plus de 2.7 milliards d’utilisateurs au troisième trimestre 2020. 

A l’origine, ces réseaux ont été développés afin que les internautes puissent interagir, échanger, partager entre eux, et commenter les contenus publiés sur ces derniers. C’est pourquoi, chacun a pu s’enrichir indépendamment, cherchant à améliorer la particularité propre les différenciant des autres, la communication étant l’idée originelle du développement de ces réseaux. 

Cependant, malgré une volonté initiale de se différencier les uns des autres, on observe progressivement que ces différents acteurs vont finir par se copier mutuellement. Ces derniers vont chercher à attirer un maximum d’internautes sur leur site, en ajoutant les fonctionnalités les plus populaires utilisées par les concurrents. A titre d’exemple, Snapchat a été le premier réseau à exploiter la fonction de « story » permettant à un utilisateur de poster une photo ou une courte vidéo qui finira par se supprimer automatiquement au bout de 24 heures. Aujourd’hui, Instagram, Facebook, et même Twitter ont repris ce principe et l’ont intégré à leur propre réseau. 

De plus, l’évolution de leur succès, toujours exponentiel, a permis la transformation de l’utilisation de chacun. En effet, maintenant, les réseaux sociaux sont devenus de véritables plateformes commerciales. 

Certaines plateformes comme Facebook et Instagram ont réellement banalisé cette utilisation, en développant une nouvelle option directement accessible, via le réseau social en question, permettant l’achat de produits proposés par différents commerçants. Ainsi, on a vu apparaître un grand nombre d’entrepreneurs, cherchant à gagner en visibilité, qui vont s’en servir comme moyen de publicité voir même de SAV pour leurs produits.

D’autres comme Snapchat, TikTok, YouTube se sont plus tournés vers le marché des publicités ciblées en fonction de leurs utilisateurs. En effet, il ne faut pas oublier que bon nombres de cookies utilisés par les réseaux permettent d’établir un profil commercial individuel qui sera revendu auprès d’annonceurs, afin d’afficher par la suite des publicités personnalisées. 

Face à la multiplication du nombres d’utilisateurs et la place majeure obtenue dans la société de ces derniers, de nouvelles stratégies se sont développées : les célébrités, les hommes politiques, les entreprises privées ou publiques, ont su s’adapter en s’intégrant sur ces plateformes.

De la même façon, de nouveaux acteurs non négligeables sont apparus sur ces réseaux : « les influenceurs ». Ces nouvelles célébrités du net vont être sollicitées par différentes entreprises afin d’orienter leurs abonnés vers l’achat de leurs produits, développant ainsi un réel « marketing d’influence ».

Parallèlement à cette évolution lucrative, les réseaux sociaux sont aussi devenus d’incontestables points de partage d’opinions politiques. Ils permettent notamment de faire campagne, de rallier des adhérents à son parti politique ou de débattre. 

En effet, toute personne ayant un minimum de notoriété, qu’importe son domaine de prédilection, s’est vue dans l’obligation de s’intégrer à ces réseaux, afin d’utiliser (à bon ou mauvais escient) la communication proposée par ces plateformes. 

Dernièrement, les comptes digitaux de Donald Trump ont été suspendu de la plupart des réseaux sociaux sur lesquels il figurait, après l’invasion du capitole par des manifestants pro-Trump. Suite à diverses publications incitant à la violence et au partage de fake news concernant l’élection de son concurrent Joe Biden, l’ancien président des Etats Unis a été déterminé comme « un précédent dangereux » pour la sécurité publique. Le PDG de Twitter Jack Dorsey a évoqué un « échec de notre part à promouvoir une conversation saine ». 

Par conséquent, les réseaux sociaux se sont ancrés dans la société en quelques années seulement et sont désormais considérés comme des « mastodontes » du numérique pouvant atteindre tous les niveaux sociaux. Aujourd’hui, ces derniers sont quasiment tous devenus similaires. La dernière fonctionnalité de l’un sera reprise par ses concurrents si elle rencontre le succès. 

Ces plateformes en ligne deviennent polyvalentes, visant toujours à toucher un maximum de public, venant peu à peu remplacer les médias traditionnels. 

ZERGUI Abdelmalik 

Master 2 Cyberjustice – Promotion 2020-2021

Sources :

https://www.blogdumoderateur.com/chiffres-reseaux-sociaux/

https://www.futura-sciences.com/tech/definitions/informatique-reseau-social-10255/ https://www.franceinter.fr/monde/jack-dorsey-patron-de-twitter-bannir-trump-est-un-echec

Laisser un commentaire