L’épreuve de la Piscine de 42 : l’OVNI pédagogique de Xavier Niel

42 est une école de code créée par Xavier Niel qui repose sur un apprentissage en peer-to-peer. Pas de cours, pas de professeurs, l’institution se veut résolument en rupture avec le système éducatif traditionnel. Le but : former de futurs développeurs et développeuses en trois ans en leur assurant un emploi à la sortie de l’école. Egalement, l’école encourage ses élèves à lancer leur start-up, notamment en ayant développé des programmes communs avec des étudiants d’HEC ou de Sciences Po.

Afin de réussir la Piscine, il est déterminant de se constituer un groupe de travail et d’entraide au sein de l’école. 42 promeut la solidarité et le travail d’équipe, mais également l’autonomie (aucune instruction n’est fournie en arrivant à l’école).

L’admissibilité : tests de logique et check-in

Après avoir eu quelques échos de 42, je décidais en février 2019 de passer les tests en ligne dans l’espoir de devenir juriste et développeuse. Ces premiers tests de logique déterminent notre admissibilité à la ‘Piscine’, mois intensif de code 7j/7 ponctué de projets individuels ou de groupe et d’examens. Il s’agit d’un test de mémoire ainsi que d’un test nécessitant de logique présenté sous forme de jeu. Dans l’heure qui a suivi, j’apprenais que j’étais retenue afin de me confronter à la Piscine, à condition de réaliser un check-in et de (faire) valider ma place deux semaines avant le début de celle-ci. Le but de ces formalités est de s’assurer de la motivation des futurs piscineux.

La Piscine

Par la suite, j’ai effectué ma Piscine du 1er au 26 juillet 2019. Les piscineux sont répartis sur deux étages du bâtiment, dans des clusters composés d’environ 300 postes, et travaillent en moyenne 14 heures par jour.

Les sujets sont débloqués au fur à mesure comme dans un jeu vidéo : au départ, les sujets 0 et 1 sont disponibles, puis une fois le sujet 0 validé, le 2 est débloqué. En parallèle, notre niveau d’expérience augmente selon nos résultats d’examens et nos sujets rendus. Les sujets sont validés selon un système de points. En début de Piscine, nous avions chacun cinq points d’évaluation. Pour valider un sujet, deux autres étudiants sont choisis aléatoirement pour nous corriger, ce qui nous coûte deux points. Afin de récupérer des points, il est possible d’inscrire les créneaux sur lesquels nous sommes disponibles pour évaluer un autre élève. Néanmoins, il ne nous est ni possible de choisir l’élève que nous aurons à corriger, ni le niveau de celui-ci (il arrivera de corriger des étudiants bien plus avancés que nous et d’autres qui le sont moins). Un troisième correcteur s’ajoute aux deux premiers : la Moulinette. Il s’agit d’un correcteur automatique qui va tester notre algorithme aléatoirement et s’assurer que la norme de l’école a été respectée (par exemple, que les scopes sont alignées correctement) et que le code fonctionne.

En ce qui concerne les sujets, les deux premiers (Shell 00 et Shell 01) se focalisent sur l’apprentissage des commandes Shell. L’objectif est de savoir se déplacer rapidement dans son Terminal, d’apprendre à créer et supprimer des fichiers et répertoires à partir de ce dernier, d’acquérir un ticket Kerberos, d’utiliser Git… Les basiques qui nous seront utiles tout au long de la Piscine. Les sujets suivants se concentrent sur le C, langage informatique, en nous demandant de re-coder des fonctions existantes dans les différents manuels du Terminal par exemple ou de créer de petits programmes. En tout, 13 ‘days’ (sujets) sont disponibles au cours de la Piscine. L’école reste ouverte 7j/7 et 24h/24 ce qui permet aux élèves de s’organiser comme ils le souhaitent. Les weekends sont réservés au ‘rush’ (projet de groupe), auquel l’inscription est facultative. Après l’examen du vendredi, nous recevons le sujet et devons terminer l’exercice donné avant dimanche 23h42. La semaine qui suit le rush, nous sommes appelés en groupe afin de passer notre soutenance, de présenter notre programme et de répondre aux éventuelles questions de l’examinateur (un étudiant déjà à 42 ou un membre de l’équipe pédagogique). A la moindre erreur qu’il s’agisse du ‘rush’, d’un exercice d’examen ou d’un ‘day’, le serveur de l’école attribue automatiquement 0.

Les examens se déroulent quant à eux le vendredi de 18h à 22h et font appel à des notions vues à travers les différents sujets. La difficulté des exercices est progressive, et il est nécessaire de débloquer le premier exercice pour faire le suivant et ainsi de suite. A la fin de l’examen, nous recevons une note sur 100. L’examen final a lieu le dernier jour de Piscine, durant huit heures, et ayant le plus fort coefficient. Au-delà de tester nos connaissances, c’est véritablement l’endurance et la détermination des candidats qui sont évaluées.

Quelques potentiels critères d’admission

42 choisit à l’issue de chaque Piscine environ 170 élèves (sur les 700 admissibles) depuis cette année. Si les critères de sélection ne sont pas formellement connus, certains indices permettent d’apprécier ses chances d’admission :

  • la rigueur de l’élève (temps passé chaque jour en cluster, régularité de ce dernier) ;
  • les résultats d’examen (plus particulièrement au regard de l’avancement de l’élève au niveau des sujets) ;
  • l’implication de l’élève (participation aux projets de groupe, aux évènements) ;
  • l’adaptation de l’élève au cadre de 42 (les évaluateurs reçoivent eux-mêmes une note notamment de courtoisie, chaque semaine un Voxotron est organisé pour voter pour les élèves qui ont le plus aidé des personnes en difficulté).

La Piscine, au-delà de nous permettre de développer nos connaissances en code, encourage ses élèves à se dépasser, travailler en équipe, être autonome, et enfin à ne pas avoir peur de l’inconnu.

Jehanne DUSSERT
Master 2 Cyberjustice – promotion 2018-2019

Laisser un commentaire