Les objets connectés et les enfants : Une dérive de l’intrigue parent-enfant

Le monde numérique crapahute avec une vitesse fulgurante. Il a fallu 1700 générations pour maîtriser le langage, 300 pour maîtriser l’écriture, 35 pour maîtriser l’imprimerie.
Il aura suffit de seulement de deux générations pour passer de l’analogique au numérique. Certes, l’évolution de la technologie et du numérique nous permet de gagner considérablement en temps mais ces prouesses sont sur le point de modifier visiblement notre mode vie, nos habitudes et le fonctionnement traditionnel de notre société.

Ce qui devrait une aubaine pour notre société laisse entendre qu’il pourrait y avoir malheureusement de conséquences nuisibles sur les générations futures. La transformation du numérique, par l’effet cumulatif des nouvelles technologies métamorphose nos modes de vie et altère par la même occasion les relations de l’homme avec lui-même et avec tout ce qui l’entoure. D’où nécessité de poser de questions sur l’avenir et les limites du développement de ces gadgets. Le concert des nations dans son ensemble est concerné, puisqu’une bonne partie de la planète terre est connectée.



Qu’est-ce qu’un objet connecté? 

Un objet connecté est un support ou appareil qui capte, stocke, traite et transmet des données, et peut aussi recevoir, donner des instructions et, a la capacité de se connecter à un réseau internet. Ce réseau est appelé aussi Internet des Objets (IDO) ou Internet of Things (IoT).

Selon l’Idate (Institut de l’audiovisuel des télécommunication en Europe) il y aurait actuellement 15 milliards d’objets connectés et ce chiffre risque de triplé l’année prochaine.

On peut distinguer les objets mettables (wearable), mobiles, domestiques ou de loisirs, d’infrastructures ou de productivités. Les objets connectés comme les jouets (ce qui nous intéresse ici) ont tous de points communs : peuvent capter de signal exemple de Wifi, stocker, traiter et transmettre de données. 



Les objets connectés : un danger pour les jeunes enfants !

Comme nous l’avons annoncé ci-haut, le numérique a changement littéralement notre mode de vie et les rapports sociétaux, et à ce rythme, il est peut-être grand temps de sonner l’alarme afin de préserver les générations futures. Il faut noter que les objets connectés pour les enfants tels que les poupées connectées peuvent représenter un réel danger.

Selon l’agence allemande de régulation des télécommunications, la Bundesnetzagentur, certains modèles de montres connectées (Xplora, Tinitell, Gator, Viksfjord) qui sont équipées de certaines fonctionnalités permettant aux parents de localiser leur enfant en temps réel et de les contacter en cas de besoin, présentent quelques failles de sécurité pour les porteurs.
Selon le gendarme allemand des télécommunications, ces objets connectés sont de vraies portes d’entrée pour des personnes mal intentionnées. Il est facile de prendre le contrôle de ces outils. Évidemment, presque tous les objets connectés sont capables de stocker de données personnelles (nom, adresse, âge…) de leur utilisateur et donc de l’enfant.

Par ailleurs, selon le magazine kids, il est grand temps de tirer la sonnette l’alarme. Selon un constat des pédiatres, le nombre des enfants présentant des troubles du spectre autistique dès leur entrée à la maternelle a augmenté de manière significative. Le vrai danger est qu’en cas de sevrage à l’écran, ces troubles seraient irréversibles pour ces jeunes enfants du moment où ils passent en moyenne 12h/jour devant les écrans depuis leurs naissances. Ce qui pourra éventuellement retarder l’apprentissage du langage et amener ces enfants à être égoïstes une fois adulte. 



Quelles solutions pour sauver les enfants  

Certes, notre société évolue très vite, cependant, ne perdons pas nos bonnes manières. Il n’y a pas si longtemps, les parents passaient beaucoup plus du temps à faire des jeux de société aux enfants, raconter les histoires à leurs enfants avant le couché. Mais si on observe les parents 2.0 de nos jours, nous constatons que ces bonnes manières sont en voie de disparition. L’autre revers est l’écart qui se creuse sensiblement dans la communication et l’interaction parents-enfant. En effet plusieurs solutions pratiques sont envisageables. Entre-autres : Réduction du temps d’utilisation de l’écran (tablette, smartphone et TV) aux jeunes enfants ; préconiser ou promouvoir le dialogue et les jeux de société, les travaux manuels en famille, le sport aux jeunes enfants… 
Pour ce faire, l’initiative doivent venir en premier des parents. On constate que les jeunes parents sont eux-mêmes accros aux gadgets connectés, ce qui peut influencer négativement et donner une mauvaise habitude à leurs progénitures. L’expérience à montrer que les enfants veulent très souvent ressembler à leurs parents.


Bienvenu NGBASSINGA ANGAHOT
Master 2 Cyberjustice – promotion 2018-2019 


Sources
Laure Beyala les objets connectés en santé : risques, usages et perspectives éditions, ISTE 2018 Xavier LEONETTI
Guide de cybersécurité, Droits, méthodes et bonnes pratiques Ed Harmattan 2015 Pierre Bellanger, l’internet industriel, blog de Pierre Bellanger, 2013 Crédit photo : https://www.inpact-hardware.com/article/922/105118-reseaux-et-objets- connectes-a-ifa-domotique-aux-enfants-en-passant-par-animaux
https://www.mercator-publicitor.fr/lexique-marketing-definition-objets-connectes
https://www.informatruc.com/objets-connectes-dangereux-nos-enfants%E2%80%89/
https://www.idkids.fr/enfant/education-et-vivre-ensemble/education-aux-medias/nos-enfants- 20-les-objets-connectes-dans-la-vie-des-plus-petits

Laisser un commentaire