Google : le faiseur de loi (1/2)

Depuis sa création le 4 septembre 1998 en Californie, la société google s’est donnée l’objectif suivant : « organiser l’information à l’échelle mondiale et la rendre universellement accessible et utile ». Les deux créateurs, étudiants à l’époque, Larry Paige et Sergei Brin n’avaient pas vraiment idée de ce qu’allait devenir leur plateforme quand ils l’ont lancé.

Google est synonyme de créativité. L’innovation est dans ses gènes. Google par définition est l’ensemble des chiffres 1 suivi de cent zéro. Ce qui fait référence à un nombre incalculable, un peu à l’image des propositions de résultat qui nous apparaissent sur le moteur de recherche.

Google s’est développé au fil des années, non seulement en diversifiant ses produits mais aussi en achetant d’autres comme Youtube, Android, Google earth… Il est désormais filiale du groupe « alphabet » qui est la société mère depuis 2015. Tous ces actifs font du géant de Mountain view une entreprise florissante, avec un chiffre d’affaire d’environ 136,8 milliards de dollars pour 30,73 milliards de bénéfice net en 2018. 

Cependant cette évolution impacte considérablement ce géant du numérique et fait de lui le « nouveau faiseur de loi » puisque celui-ci a été accusé plusieurs fois par les institutions internationales notamment par le Cour de justice de l’Union européenne et la Commission européenne d’abus de position dominante au détriment de ses concurrents. 

Google fait sa loi 

Google fascine, émerveille et fait partie de notre quotidien que ce soit pour des recherches à travers son puissant moteur de recherche, se guider à travers ses merveilleuses applications comme Google maps et earth ou pour se distraire à travers des milliards de vidéo disponible sur Youtube, Google TV, Google News, Google Book, Gmail… Bref la liste de produits du leader de la Silicon Valley est vraiment longue. Certes, hormis certains pays comme la Chine et la Russie où il est officiellement bloqué, il est le moteur de recherche le plus utilisé dans le monde devant ses concurrents comme Bing, Yahoo, Baidou, Yandex et DuckDuckgo et, quel que soit le navigateur (Google Chrome, Mozilla Firefox ou Safari…) A titre d’exemple il détient respectivement en France et dans le monde 93% et 90% de parts de marché pour plus de 3,3 milliards de requêtes quotidiennes.

Cependant, le géant google est impliqué dans plusieurs affaires.  La dernière, en date du 20 mars dernier, est la sanction prononcée par la Commission européenne à son encontre pour un montant de 1,49 milliard d’euros . L’entreprise s’était fait épingler pour abus de sa position dominante au détriment de la concurrence.

Dans le cas d’espèce, Google a été condamné pour sa pratique illégale de courtage publicitaire par les agences de recherches. Ce qui prive sensiblement les consommateurs non seulement dans leurs choix des produits innovants, mais aussi des prix équitables et avantageux. En outre, en juillet dernier, il a été déjà condamné pour payer 4,34 milliards d’euros pour abus de position dominante sur son système d’exploitation de téléphone Android. Or en juin 2017, le géant a été condamné à payer une amende de 2,42 milliards d’euros infligée par la Cour de justice de l’Union européenne pour sa position dominante dans l’affaire « google shopping » pour avoir favorisé son comparateur de prix. 

Par ailleurs, tout comme les innovations sont dans ses gênes, le plus grand de Silicon Valley a aussi les abus dans son ADN. Ce dernier est sur le point de s’imposer sur internet en obligeant les responsables des sites web à renforcer la sécurité de leurs sites. De ce fait les sites qui ne vont passer en HTTPS seront très vites signalés dans la barre de navigation comme non sécurisés. Ces mesures visent principalement les sites qui collectent les numéros de cartes bancaires, les identifiants comme des mails et les mots de passe. D’ailleurs la majorité des sites non sécurisés sont signalés aux utilisateurs comme dangereux. Google argue en disant que l’intérêt de cette mise à jour est de sécuriser la navigation alors d’aucuns voient en ces mesures, un moyen de contrôle par google. 

Bienvenu NGBASSINGA
M2 Cyberjustice promotion 2018-2019

Sources

Alain Strowel Quand Google défie le droit Ed Larcier 2011 

https://www.lepoint.fr/economie/usa-google-promet-13-milliards-de-dollars-dinvestissements-en-2019–13-02-2019-2293279_28.php https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/google-un-geant-trop-puissant-206018  https://www.latribune.fr/technos-medias/internet/abus-de-position-dominante-l-europesanctionne-google-d-une-troisieme-amende-de-811369.html  

Laisser un commentaire